1er colloque scientifique 15 novembre 2008 « Autisme: du laboratoire au quotidien »

Téléchargez…

le programme

le dossier complet

la présentation de Julia Erskine-Poget

.

…et le mot de la Présidente: cliquez ICI

Centre Médical Universitaire
1 rue Michel-Servet
Genève

Marie-Jeanne 2008
Marie-Jeanne Accietto Présidente de TED-Autisme Genève
Pascale Byrne-Sutton
Pascale Byrne-Sutton Directrice générale de l'office de la jeunesse, DIP, Genève

Ouverture du colloque

Nouchine Hadjikhani
Prof. Nouchine Hadjikhani EPFL - Brain Mind Institute

Un nouveau regard sur l'autisme


Le laboratoire du Prof. Nouchine Hadjikhani (Brain Mind Institute) étudie l’anatomie et le fonctionnement cérébral des personnes autistes. Partant du fait que ces personnes ont de la peine à lire les émotions exprimées par les autres...

Le laboratoire du Prof. Nouchine Hadjikhani (Brain Mind Institute) étudie l’anatomie et le fonctionnement cérébral des personnes autistes. Partant du fait que ces personnes ont de la peine à lire les émotions exprimées par les autres, le Prof. Hadjikhani et son équipe ont utilisé des méthodes d'imagerie cérébrale ainsi que des méthodes de mesures comportementales pour essayer de comprendre les bases neuro-anatomiques de ces difficultés. Les résultats obtenus indiquent qu'un déficit dans le système des neurones miroirs - système supposé être à la base de l’apprentissage par imitation, de la compréhension de l'action et de l'empathie - est présent chez les personnes atteintes d'autisme.

Kamila Markram
Dr Kamila Markram    EPFL - Brain Mind Institute
Deborah La Mendola
Deborah La Mendola 
EPFL - Brain Mind Institute

Le Syndrome d’un Monde Intense – une théorie alternative de l’autisme


Le Dr Kamila Markram, qui travaille au sein de l’équipe du Prof. Henry Markram du Brain Mind Institute, a décrit ses recherches menées sur des rats présentant des comportements autistiques suite à l’injection d’acide valproïque à leurs mères lors de la gestation.


Le Dr Kamila Markram1, qui travaille au sein de l’équipe du Prof. Henry Markram du Brain Mind Institute, a décrit ses recherches menées sur des rats présentant des comportements autistiques suite à l’injection d’acide valproïque à leurs mères lors de la gestation.
Sur la base des résultats de ces recherches, elle a émis l’hypothèse que l’autisme était la conséquence non pas d’une hypoactivité, mais au contraire d’une hyper-réactivité et d’une hyper-plasticité des circuits cérébraux neuronaux locaux.
Cette hypothèse innovante, qui a retenu l’attention au niveau international, offre de nouvelles perspectives à la recherche fondamentale sur l’autisme.

1Conférence présentée en français par Deborah La Mendola

Julia Erskine Poget
Julia Erskine-Poget Psychologue, pratique en intervention précoce intensive

Contribution des connaissances scientifiques à la pratique de l’intervention précoce intensive


Julia Erskine Poget a discuté des liens qui peuvent être établis entre les connaissances scientifiques actuelles et l’intervention, ...

Julia Erskine Poget a discuté des liens qui peuvent être établis entre les connaissances scientifiques actuelles et l’intervention, ainsi que de l’importance d’une prise en charge intensive très précoce des enfants atteints d’un trouble autistique.
Elle a illustré ses propos par la présentation d’un modèle de prise en charge adapté aux tout-petits. Ce modèle est guidé par des principes de travail issus de ces connaissances scientifiques et par des objectifs pédagogiques précis. Il intègre les acquis de différents types d’interventions existantes.

Présentation (PowerPoint): cliquez ICI

Brigitte Nelles
Brigitte Nelles Psychologue, TEACCH certified Training Team Member

La formation du professionnel : pour des quotidiens meilleurs


On ne guérit pas l’autisme à l’heure actuelle, mais il est démontré qu’un accompagnement professionnel averti permet aux personnes concernées d’apprendre au mieux de leur potentiel,...

Brigitte Nelles a abordé la question de la formation des professionnels. L’autisme est encore mal connu, et sa spécificité exige et rend indispensable une formation spécifique pour les professionnels. Il s’agit de tourner la page « mystique » de ce handicap, de prendre désormais en considération les avancées scientifiques de toutes ces dernières années et de s’appuyer sur les connaissances reconnues au niveau international
On ne guérit pas l’autisme à l’heure actuelle, mais il est démontré qu’un accompagnement professionnel averti permet aux personnes concernées d’apprendre au mieux de leur potentiel, et de vivre ainsi de façon plus autonome et avec une plus grande qualité de vie.
Pour assurer cet épanouissement et ce développement, la formation des professionnels est incontournable.
La conférencière a insisté sur le fait qu’il fallait désormais passer d’un saupoudrage de cours isolés à un système de formation cohérent, soutenu et continu. C’est à cette seule condition qu’il sera possible de venir en aide aux personnes souffrant de ce handicap et de mieux soutenir ainsi leurs familles.
Brigitte Nelles a également abordé les questions des exigences associées à une telle formation, et des perspectives et des ressources actuelles en matière de formation professionnelle en Suisse romande.

Patrik Vuilleumier
Prof. Patrik Vuilleumier UNIGE - Faculté de Médecine (CISA)

Mécanismes cérébraux de la perception des émotions et dysfonctions d’origine développementale


Le Prof. Patrik Vuilleumier, chef du groupe de recherche ‘Mécanismes cérébraux du comportement et des fonctions cognitives’, a brièvement présenté les travaux de son groupe concernant les mécanismes cérébraux de la perception des émotions exprimées dans différentes modalités sensorielles.

Le Prof. Patrik Vuilleumier, chef du groupe de recherche ‘Mécanismes cérébraux du comportement et des fonctions cognitives’, a brièvement présenté les travaux de son groupe concernant les mécanismes cérébraux de la perception des émotions exprimées dans différentes modalités sensorielles.
En parallèle aux résultats obtenus chez des sujets sains, les études de son équipe suggèrent que des sujets souffrant de troubles autistiques présentent une sensibilité anormale des régions corticales à certaines informations visuelles, en présence de régions sous-corticales relativement normales, menant probablement à une perception altérée des expressions émotionnelles dans le visage d’autrui.
La combinaison de techniques de neuro-imagerie comme la résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et la cartographie électroencéphalographique (EEG) a permis d’identifier non seulement les réseaux neuronaux spécialisés qui sont impliqués dans ces fonctions, mais également leurs interactions réciproques et les différences individuelles qui y sont associées.

Stephan Eliez
Prof. Stephan Eliez Directeur du Service Médico-Pédagogique (SMP), Genève
Bronwyn Glaser
Bronwyn Glaser    Faculté de Médecine
UNIGE

Un nouvel outil pour la rééducation de la cognition sociale chez l’enfant présentant un trouble autistique


Le Prof. Stephan Eliez, chef du groupe de recherche ‘Développement et fonctionnement cérébral-Facteurs génétiques’, a présenté, en collaboration avec Bronwyn Glaser, candidate doctorante, un outil psycho-éducatif développé par son équipe.

Le Prof. Stephan Eliez, chef du groupe de recherche ‘Développement et fonctionnement cérébral-Facteurs génétiques’, a présenté, en collaboration avec Bronwyn Glaser, candidate doctorante, un outil psycho-éducatif développé par son équipe.
De récentes études sur la mémoire de travail, le traitement des visages et la reconnaissance des émotions chez les personnes autistes montrent l'intérêt des interventions de remédiations cognitives. Des chercheurs ont observé des changements dans le fonctionnement du cerveau, une amélioration de la reconnaissance faciale et des compétences sociales après des interventions psycho-éducatives.
Les deux intervenants ont présenté une méthode psychoéducative informatisée (VisAvis) développée dans leur laboratoire, qui cible la mémoire de travail et la reconnaissance des émotions, et leur utilisation contextuelle auprès d'enfants d'âge scolaire. Ils ont présenté des résultats préliminaires collectés auprès de 10 enfants scolarisés en centres de jour.
La création et l'utilisation d'outils psycho-éducatifs qui visent des difficultés cognitives spécifiques donnent une ouverture sur l'amélioration des compétences scolaires et sociales de personnes affectées par des troubles autistiques.

Aude Billard
Prof. Aude Billard EPFL - Laboratoire d'algorithmes et systèmes d'apprentissage

L’ingénierie au service de la médecine : développement d’outils de diagnostic et d’étude de l’autisme


La Prof. Aude Billard, qui dirige le laboratoire LASA, a présenté deux outils d’étude et de diagnostic de l’autisme développés par son équipe. Ses membres, composés d’ingénieurs en microtechnique, mécanique et informatique, appliquent leurs compétences pour développer,...

La Prof. Aude Billard, qui dirige le laboratoire LASA, a présenté deux outils d’étude et de diagnostic de l’autisme développés par son équipe. Ses membres, composés d’ingénieurs en microtechnique, mécanique et informatique, appliquent leurs compétences pour développer, à la fois, la mécanique et l’électronique des outils, et les programmes informatiques à la base de l’analyse des données récupérées par ces outils.
Le premier outil est une poupée robot, capable d’imiter des mouvements simples des bras et de la tête de l’enfant. Il est utilisé dans le cadre d’études comportementales avec des enfants autistes, conduites en collaboration avec le Prof. Jacqueline Nadel de l’Université Pierre et Marie Curie à Paris.
Le second outil est une casquette équipée de caméras et de microphones. Cette casquette peut être portée par des enfants dès l’âge de six mois et elle permet d’enregistrer le monde comme vu par l’enfant. Cet outil ouvre des perspectives pour une formulation d’un diagnostic de l’autisme dès l’âge d’un an. Cinq institutions, en France, Italie, Suède, Hollande et aux Etats-Unis, en évaluent l’utilité depuis le début de l’année 2008.

Hilary Wood
Hilary Wood Psychologue, Master of Science in Neuroscience of Autism

Mise en place et suivi d'une intervention structurée dans le cadre de l'autisme


Hilary Wood a présenté les éléments à prendre en compte lors de la mise en place et du suivi de programmes d’intervention structurés, efficaces et appropriés aux enfants avec un trouble autistique.

Hilary Wood a présenté les éléments à prendre en compte lors de la mise en place et du suivi de programmes d’intervention structurés, efficaces et appropriés aux enfants avec un trouble autistique.
Elle a mis en avant un concept basé sur l’intégration d’éléments issus de différentes approches qui se sont montrées efficaces (« Evidence Based Practice »), aucune thérapie ne pouvant se prévaloir à elle seule de traiter toutes les différentes facettes de l’autisme.
Elle a insisté sur la nécessité de formuler par écrit un programme d’intervention personnalisé, comportant des objectifs précis à court et à moyen terme à atteindre selon le niveau de développement de l’enfant. La progression de l’intervention a été illustrée par la présentation du programme d’un enfant ayant bien évolué, qui a été suivi pendant plusieurs années.

   

Les commentaires sont fermés.